Voici une question qui peut être analysée sous différents angles. Dans cet article je vais m’attacher à y répondre dans le cadre d’une rénovation pour un particulier et l’aborderai via quelques exemples types rencontrés auprès de clients. Voici donc une liste non exhaustive des produits les plus souvent utilisés pour être économique.


Les bons choix pour les façades de meubles et plans de travail

Pour les façades de meuble :

  • Le mélaniné uni ou à effet (bois, pierre….) : une feuille décor imprégnée de résine recouvrant à chaud et sous pression un panneau bois, ce qui en fait un produit prêt à la mise en œuvre
  • Du Stratifié uni ou à effet (bois, pierre…)  : une feuille décor plus résistante que le mélaniné impliquant d’être plaquée sur support bois, ce qui augmente le prix de la mise en œuvre pour le menuisier ou l’agenceur)
  • Du Polymère : un film PVC plaqué à chaud sur un support bois, bien moins coûteux qu’une laque pour un effet rapprochant. C’est une finition que l’on trouve dans la grande distribution principalement

Autres alternatives possibles mais plus onéreuses : Verre, placage, bois massif, laque (mate, satinée, métallisée), solid surface (corian…), ceramic, inox…

Pour le plan de travail :

  • Le  stratifié uni ou à effet ( le mélaniné n’étant pas assez résistant à l’horizontal)
  • Le  bois sous forme de lamellé collé ( hêtre, chêne, bambou étant les plus courant)

Autres alternatives possibles mais toujours plus onéreuses : Solid surface (corian…), ceramic, pierre naturelle (idéalement le granit) ou quartz, inox, verre … sont une fois encore des choix avec des caractéristiques très intéressantes mais plus chers à l’achat.


Parquet : massif ou contre-collé? Halte aux idées reçues !

Le parquet est très apprécié pour son côté chaleureux. A ce sujet, beaucoup de clients se font encore une fausse idée en pensant que le parquet contre-collé est moins onéreux que le massif car moins noble. Aujourd’hui le premier a entre autre comme avantage d’avoir une meilleure stabilité aux variations (températures, humidité…) et une couche de bois noble de plus en plus souvent supérieur à 3mm ce qui en fait un produit qualitatif au même prix que le massif selon les fournisseurs.

En attendant l’économie se fait sur :

  • Le prix du parquet au m2 qui varie de 50 à 150 euros en moyenne. Une variation qui s’explique par le premier ou le second choix entre autre (c’est à dire la présence de plus ou moins de Noeuds)
  • Le type de pose : flottante (simple et rapide donc plus économique de tous mais attention le bois est vivant donc susceptible de jouer), collée (valable pour le massif également si il est d’épaisseur mince) ou cloué (pose traditionnelle adapté au massif). Cette dernière étant de loin bien plus chère.

Attention également à prendre un produit fini d’usine (en terme de protection) car si vous achetez un parquet brut à traiter ensuite en surface pour le protéger cela va vous revenir plus cher car il faudra opter pour une réintervention après la pose pour vernir, teinter ou huiler… votre joli parquet tout neuf.

Autres alternatives moins couteuses : le parquet stratifié, il ne s’agit pas ici de bois mais d’un papier décor haute résolution imitant le bois et collé sur un support multi couche. Vous êtes sur une solution des plus économique mais avec une image. Ou encore le sol souple vinylique, le carrelage imitation parquet, qui toutefois côté prix vous surprendront car plus ils sont réalistes dans leur imitation plus ils sont chers en comparaison d’un vrai parquet qui n’aura jamais le même rendu et la même sensation au touché.


Murs et sols des pièces d’eau : choisir le carrelage pour les petits budgets !

La gamme de choix est une fois encore large comme pour les plans de travail et façades de cuisine. Toutefois le plus économique reste le carrelage :

  • Avec le choix de faïence ou de grès cérame pour les murs
  • De grès cérame pour les sols entre autre catégorie

Il faudra toutefois faire attention car l’éventail de prix est large et le format choisi peu gonfler le prix. Plus il est grand, plus le prix augmente en prix d’achat et de pose. On estime être dans le standard jusqu’à 60*60cm environ. Par ailleurs un autre paramètre qui entre dans le prix du carreau étant si il est ou non rectifié (arrête droite ou non pour des joints minces). L’avantage de ces produits étant la facilité d’entretien quoiqu’il arrive.

Le carreau ciment est toujours très tentant mais pas économique du tout si vous voulez une bonne qualité de produit. N’oublions pas que c’est un produit artisanal à la base et que son prix variera du simple au double entre uni et à motif. Préférez lui un grès cérame imitation carreau ciment. 

Il en est de même avec la mosaïque qui du fait de la démultiplication des petits format le rend plus long à poser pour plus de jointoiement également et un prix d’achat supérieur. Quant à la pierre, le béton ciré, le corian…. ce ne sont pas des produits économiques. On en rêve mais on les laisse au magasin si le budget est serré !


En conclusion …

Il y aurait encore beaucoup à dire en revêtement de sol, sanitaires… peut-être un article en devenir…. Au delà de l’aspect économique, différents critères vous feront opter bien souvent pour des matériaux plus que d’autres : l’esthétisme, la résistance, le côté hygiénique… Ces réponses ne peuvent donc être que partielles dans la mesure où vous l’aurez bien compris, chaque projet est différent et qui plus est c’est également les détails de conception et la mise en œuvre qui feront varier le prix final. Les matériaux ne sont en effet pas toujours un levier significatif pour économiser, le matériel de mise en œuvre, le support et la main d’œuvre étant non négligeable dans le budget final.

Par ailleurs, est-ce plus économique de se rendre dans une grande surface que dans un show-room spécialisé pour choisir? Pas réellement ! Le risque s’est juste d’avoir plus de choix et d’être attiré instinctivement par le plus cher. On connaît tous ce phénomène 😉

Retrouvez moi sous Facebook ou Pinterest pour suivre l’actualité.

Pin It on Pinterest

Share This