L’écoute est une qualité indispensable pour un architecte d’intérieur, mais ce n’est pas forcement l’apanage des couples ! C’est parce que j’ai souvent été confrontée à cette situation qu’aujourd’hui je veux vous parler de mon rôle de médiateur.

J’ai pris l’habitude, lorsqu’un nouveau client me contacte, de toujours poser cette dernière question avant de fixer une date pour notre premier rendez-vous : êtes-vous seul(e)ou en couple ? Cela peut sembler un peu intrusif, mais la question est déterminante pour convenir de notre première entrevue qui se fera obligatoirement en trio s’il s’agit d’un projet à deux. Pourquoi me diriez-vous ?

Il m’est arrivé d’être contactée par l’un ou l’autre des partenaires d’un couple et de sentir une réticence à me faire venir lorsque l’autre conjoint serait présent. Un cas comme celui-ci ne peut refléter que deux situations :

  • Un désaccord sur le fait de faire appel à une prestation d’architecte d’intérieur
  • Une envie de se doter d’arguments solides avant d’exposer ses idées de rénovations/changements à son/sa conjoint(e).

Ces cas restent cependant des exceptions, je rencontre majoritairement le couple dès le premier rendez-vous.


Cette première prise de contact sur les lieux du projet me permet tout au long de notre échange d’écouter le couple énoncer leurs attentes et besoins. C’est un échange parfois déséquilibré tant l’un des conjoints prend le dessus sur l’autre dans l’expression de ses désirs. C’est pour cette raison qu’il est primordial de tendre l’oreille pour percevoir les non-dits, les souhaits non exprimés, les idées qui semblent communes, mais qui ne le sont pas. Pour moi, c’est un moment stratégique qui me permet de sonder les dissonances.


Dès les désidératas exprimés, mon rôle va être alors de tenter au mieux d’équilibrer l’échange pour que les deux se sentent écoutés et surtout pris en compte par l’autre. Comment procéder ? En les questionnant pour préciser au mieux leurs souhaits et ainsi faire en sorte qu’ils entendent les mots de l’autre. Je les prends en quelque sorte pour témoins de leurs dires. C’est à ce moment-là que les idées de l’un et l’autre se rencontrent ou au contraire s’opposent pour une prise de conscience commune.

Impartialement, je retranscris verbalement les envies de chacun en accompagnant mon discours de mon expérience professionnelle. Je leur explique les avantages et inconvénients de certains aménagements, les difficultés et solutions techniques ainsi que les premières idées qui se dessinent naturellement en moi pour répondre aux attentes de deux personnes dans leur singularité. Mes meilleurs alliés restent l’humour et la dérision dans un but ultime : les aider à se rejoindre sur un cahier des charges commun. 

Ce rôle de médiateur dans un couple qui se connaît depuis si longtemps, mais ne perçoit pourtant pas ses désaccords est un peu délicat, mais c’est un challenge intéressant. Quelle n’est pas ma satisfaction lorsque je vois leurs yeux briller après s’être rejoints sur le choix ultime !

Vous aimerez aussi :

Entreprendre des travaux sans briser son couple, c’est possible.
Écouter

Scoop : entreprendre des travaux sans briser son couple c’est possible!

Ecouter

 

Pin It on Pinterest