Choisir la couleur de sa peinture… Voici un vaste sujet, qui anime vite les débats et réflexions. Je me souviens que lorsque j’enseignais la couleur aux étudiants adultes en reconversion professionnelle à l’École Boulle, tous attendaient de ce cours la recette magique à mettre en application dans leurs futurs projets. Quelle déception dans leurs yeux lorsque je leur expliquais que choisir une couleur restait quelque chose de subjectif où l’on tombe rapidement dans le « j’aime » ou « je n’aime pas » sans plus de considération ou de réflexion de la part des clients, si l’on n’est pas soi-même convaincu, en tant qu’architecte d’intérieur, de ce que la couleur va faire naître dans leur projet.

Pourquoi apporter de la couleur dans son intérieur?

À mon sens, la couleur est un révélateur d’espace et de personnalité. Elle a à la fois le pouvoir de donner du relief et de raconter une histoire propre aux habitants des lieux. C’est la raison pour laquelle il est important qu’elle ait du sens pour celles et ceux qui vont la vivre au quotidien, et que choisir la couleur de son intérieur est tout sauf anodin.

La couleur donne de la vie à nos intérieurs, elle joue avec la lumière artificielle et naturelle et devient vite caméléon selon l’heure de la journée, en offrant différentes variations. Enfin, elle participe à créer des ambiances différentes selon les pièces et les fonctions.

« Laisseriez-vous blanc ou mettriez-vous de la couleur? »

Combien de fois ai-je entendu cette question… Rien ne m’horrifie plus que lorsque j’entends quelqu’un dire à son peintre de « peindre en blanc », sans plus d’indications. Avez-vous déjà été dans un show-room de peinture ou ouvert un nuancier pour choisir du blanc? En réalité, il existe une multitude de blancs tels que le blanc cassé, le blanc coquille d’oeuf, le blanc neige, le pure blanc… autant de qualificatifs pour les nommer qui ne sont pas toujours très évocateurs pour un novice. Une pièce que vous pourriez décrire comme blanche pourrait bien s’avérer d’un blanc coloré si vous en compariez la teinte avec le blanc de votre feuille de papier pour imprimante. Un blanc même légèrement teinté est intéressant et apporte la subtilité qu’il faut pour mettre en valeur un aplat de couleur, un tableau… Une fois encore couleur ne rime pas forcément avec des valeurs fortes.

Les clients ou personnes à qui je pose la question de la couleur me répondent souvent qu’ils appréhendent de choisir des couleurs car ils ne maîtrisent pas le sujet, ne se projettent pas dans une pièce colorée, souvent par habitude de la neutralité. Cela devient rapidement une question de facilité pour eux de rester dans des teintes claires ou soit disant blanches. Cela leur semble souvent plus facile à vivre, plus flexible, moins lassant dans le temps. De plus bien souvent, le « blanc » véhicule des notions de luminosité, de propreté et de plus d’espace. Autant d’arguments qui ont la vie dure mais qui peuvent vite se faire balayer en un revers de main pour peu que l’on soit bien accompagnés dans le choix des couleurs.

La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath
La couleur dans son intérieur. Article Oz by cath

Où et comment apporter cette couleur?

Chaque projet, chaque intérieur est différent, d’où la nécessité de ne pas vouloir faire comme chez ces amis où nous étions la veille ou comme dans les magazines, ou encore en procédant au copier-coller d’un seul mur de couleur comme chez tout le monde. Mettre en couleur, c’est prendre en compte :

– l’orientation et donc la lumière naturelle,
– la configuration des pièces les unes par rapport aux autres,
– les volumes et leurs proportions,
– les meubles, tableaux, tissus qui composeront l’espace.

Dès lors que cette analyse est faite, la couleur viendra animer, donner de la personnalité à un couloir ou une entrée démunie de meubles ou de tableaux. Ou au contraire, elle pourra accompagner et mettre en valeur ces derniers, lier les volumes les uns aux autres et/ou redessiner les contours ou proportions d’une pièce ouverte… Une fois encore la couleur ne doit pas être là pour « meubler » mais bel et bien pour accompagner et raconter une histoire.

Un code couleur par pièce?

Bleu dans la chambre pour s’apaiser, rouge dans le bureau pour être au taquet, jaune dans la salle d’eau pour se réveiller? Est-ce que seules les couleurs chaudes ont le pouvoir de rendre chaleureuse une pièce? Autant de notions somme toute trop stéréotypées pour moi. La couleur n’est pas uniquement vive ou primaire, ne se définit pas seulement par chaude ou froide, elle a d’infinis nuances et degrés de saturation pour peu qu’elle soit rabattue (lorsqu’on y ajoute du noir), dégradée (lorsqu’on y ajoute du blanc), rompue (lorsqu’on y ajoute de sa complémentaire ou un gris coloré)… Autant de mélanges et donc de tons ou teintes possibles qui les rendent plus ou moins lumineuses et répondent à notre sensibilité propre.

Est-elle uniquement réservée aux murs?

Lorsqu’on pense couleur, on l’associe naturellement aux murs en omettant souvent les plinthes, boiseries, portes, encadrements de portes et même plafonds. Je surprends régulièrement mes clients en les amenant à peindre le plafond dans la couleur des murs plutôt que d’y apposer un plafond blanc si commun qui apporte une nouvelle démarcation. Le résultat visuel est toujours au rendez-vous même s’il ne doit pas devenir automatique. Tous ces éléments architecturaux qui dessinent votre intérieur sont également à intégrer lorsqu’on choisit une teinte, se fondant dans la couleur des murs ou jouant les contrastes.

Par ailleurs, la couleur peut participer également à faire disparaitre un élément disgracieux souvent impossible à supprimer et que l’on souhaite oublier, tel qu’un radiateur à ailettes année 70, des tuyaux apparents…

Je m’arrête ici sur le sujet mais on pourrait bien plus le développer. Vous l’aurez compris, il existe une infinité de couleurs, de possibilités d’associations offrant ainsi une personnalisation certaine pour peu que l’on s’en donne les moyens (j’en parle d’ailleurs aussi sur mon compte Instagram). Le tout est de ne jamais perdre de vue la vision d’ensemble de votre projet pour ne pas en faire un patchwork mais une unité.

Vous retrouverez toutes les photos des diaporamas sur mon compte Pinterest.