Un intérieur connaît plusieurs existences. Il est rythmé par les grandes étapes de la vie de ses habitants. Et oui, un foyer ça bouge, ça change, ça mue. Et ce qui me fait vibrer dans mon métier, c’est de faire en sorte que la maison, son intérieur, son agencement, l’impression qui s’en dégage, accompagnent ces changements de vie en reflétant l’âme de ses habitants, au gré de leurs aventures humaines. Alors je trouve un vrai sens à donner du conseil en aménagement en tant qu’architecte d’intérieur.

Quatre murs, un toit et des vies

“Quatre murs et un toit” cela me rappelle forcément la chanson de Bénabar qui porte ce titre. Chaque fois que j’entends cette chanson, une forme de nostalgie m’envahit et me fait revivre les doux moments passés chez mes parents en banlieue parisienne, dans cette maison construite des mains de mon père dans les années 70. Il y a toujours dans les textes de Bénabar quelque chose de vrai, qui colle à la réalité, une façon simple de raconter des histoires. Alors ses mots vont donner le “la” de cet article.

Au tout début, le projet…

Une maison, un appartement, c’est pour beaucoup le rêve d’une vie, et souvent cela commence ainsi. Tout d’abord, il y a un projet, des travaux, l’odeur de la peinture, les discussions à n’en plus finir sur les besoins réels et sur le budget pour ce lieu qui va réunir le couple, les enfants, la famille… «Les travaux sont finis, du moins le gros œuvre, ça sent le plâtre et l’enduit et la poussière toute neuve» chante Bénabar.

Les imprévus

Puis, il y a des imprévus, comme l’arrivée surprise d’un petit dernier, qui chamboule l’ordre établi des pièces pour voir disparaître le bureau au profit d’une nouvelle chambre. «On ajoute à l’étage une chambre de plus. Un petit frère est prévu pour l’automne.» Ou un virus qui va mettre tout le monde en télétravail, et là c’est d’un bureau dont on a finalement besoin, quitte à réaménager le salon ! Tout en haut dans le grenier – ou tout en bas dans la cave -, les cartons s’amoncellent. On voudrait pousser les murs pour entasser tous ces vieux trucs dont ne veut pas se débarrasser et qui feront l’objet d’heures de tri un peu plus tard dans la vie. Ou pas d’ailleurs ! «On remplit sans se douter le grenier doucement.»

Les enfants grandissent…

L’adolescence arrive, les besoins d’indépendance se font sentir et le plus grand regarde avec gourmandise la petite cabane au fond du jardin ou bien le garage peu utilisé car il faut trop manœuvrer pour y rentrer un véhicule. Finalement pourquoi ne pas lui offrir un peu d’intimité (et nous notre tranquillité !) en lui créant un espace bien à lui ? «Le grand habite le garage pour être indépendant.»
Pendant ce temps-là, la maison se réorganise, une pièce de nouveau libre inspire des idées à chacun, mais qui aura le dernier mot sur son devenir ? «Monsieur rêverait de creuser une cave à vins, Madame préfèrerait une deuxième salle de bain. Ça sera une salle de bain.» Et oui, en matière d’intérieur, les femmes ont souvent le dernier mot…
Puis, finalement, les enfants grandissent et vont et viennent entre studio d’étudiant et weekend chez les parents. Les chambres se désertent et laissent place à des pièces aux décors d’adolescents où les posters gondolés marquent les murs de leur trace grisâtre. «On a fait un bureau dans la petite pièce d’en haut. Et des chambres d’amis, les enfants sont partis. (…) Ils habitent à Paris des apparts sans espace alors qu’ici il y a trop de place.»
La maison se réveille une dernière fois avec les petits enfants. Les trésors emplissant la cave peuvent désormais revivre. «Le grenier sans bataille livre ses trésors, ses panoplies de cow-boys aux petits ambassadeurs, qui colonisent pour la dernière fois la modeste terre promise.»

Les pages qui se tournent…

Un beau jour, l’heure du tri arrive, un agent immobilier fait l’inventaire de ce qu’il peut tirer de votre bien moyennant quelques améliorations. Une page se tourne et avec elle les souvenirs, les modifications, les travaux étapes après étapes de la vie et qui font de cette maison un trésor pour ceux qui la quittent. D’ailleurs cette maison, cet appartement avaient-il seulement des défauts ? L’agent immobilier exagère certainement dans son estimation si basse de notre bien, il n’y a qu’à voir tous ces bons moments passés ici…

Finalement le temps aidant, modification après modification, la maison ou l’appartement se compose une nouvelle morphologie qu’il n’est pas toujours facile d’harmoniser au fil des modes et des envies.

Le conseil en aménagement : mon métier d’architecte d’intérieur

Mon métier consiste à prodiguer du conseil en tant qu’architecte d’intérieur et m’amène à rencontrer mes clients à différents stades de leur vie pour les aider à réajuster leurs besoins. La vie est à géométrie variable, les intérieurs aussi. Je peux être amenée à régler une de ces problématiques, ou toutes !

  • Créer une chambre de plus dans un espace qui ne semble pas pouvoir en accueillir une nouvelle par rapport à la configuration que vous connaissez depuis toujours.
  • Aménager des combles qui semblent inutilisables, voire insalubres, alors qu’ils peuvent offrir un espace de rangement, de vie et de volume incroyable.
  • Transformer un garage dont le bric-à-brac amoncelé dissimule de formidables possibilités de studio indépendant.
  • Repenser une salle de bain trop vaste dont l’espace perdu donne naissance à une cabine de douche séparée, préservant ainsi l’intimité (et la sérénité) de chacun.

Vous le constatez, une maison, comme le chante Bénabar, c’est bien plus que quatre murs et un toit, c’est un ensemble de rires dont les murs se souviennent, de bons moments partagés, de centaines de repas et de diners. Et ça évolue, comme nous tous. Alors en prodiguant du conseil en aménagement intérieur, j’ai un peu l’impression d’écrire avec mes clients leur histoire. Des histoires que j’ai du plaisir à raconter sur mes réseaux sociaux, alors n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux pour les découvrir : FacebookInstagramLinkedIn et Pinterest.

Catherine Le Gall, architecte d'intérieur
Catherine Le Gall, Architecte d’intérieur