Tout comme la société de manière générale, notre métier d’architecte d’intérieur évolue, et on peut dire que l’informatique a considérablement transformé notre façon d’exercer. Certains de mes confrères aujourd’hui travaillent directement sur l’outil informatique. Il m’a semblé important, à travers cet article, de revenir sur ma façon de procéder en vue de proposer des projets à mes clients.

La première rencontre = un rendez-vous conseil

Après une première rencontre qui consiste en un rendez-vous conseil, place à la réalisation de la phase avant-projet sommaire dite également esquisses. Cette étape – en tant qu’architecte d’intérieur qui aime à échanger avec ses confrères – se traduit différemment selon le professionnel auquel vous ferez appel. Beaucoup préfèrent proposer à ce stade deux projets très aboutis et affiner rapidement sur cette base.

Pour ma part, peut-être devrais-je me qualifier de diesel… mais impossible pour moi de ne pas passer de temps sur cette première phase, à mon sens clé de voûte d’un projet personnalisé. Il est vrai que « jouer à Tetris » avec l’espace que l’on m’a confié est un moment que j’apprécie tout particulièrement. Le cahier des charges affiné avec le client entre les mains, je peux tourner, contourner, relier, délier les volumes en plan pour répondre à la meilleure façon de leur faire vivre le lieu, en fonction de leur mode de vie et de leur personnalité.

Lâcher le numérique, libérer la créativité

Dans cette étape, rien de tel pour moi que de lâcher le numérique au profit du crayon et du calque, mon meilleur remède pour que la main se libère et que le trait suive son intuition. Il y a plus de 20 ans, on étudiait encore le dessin à la main et nos professeurs n’avaient aucun scrupule à griffonner sur nos plans, parfois a notre grand dam ! Et pourtant il faut bien le dire : ô combien ils avaient raison. Rien de tel que le dessin à la main pour laisser libre court à la créativité, là ou le numérique fige souvent le trait.

Le calque et le crayon me libèrent des contraintes et me permettent d’exploiter au maximum l’espace dans différentes directions afin d’offrir plusieurs analyses de l’espace. Ces esquisses dessinées à la main (minimum 4 plans en 2D) sont pour moi autant d’opportunités de pouvoir faire choisir à mes clients l’aménagement intérieur qui sera le plus en adéquation avec eux, tout en ayant pris connaissances des autres possibilités que l’on exploitera partiellement ou pas du tout. Ainsi plus de doutes sur le potentiel mais une conviction commune.

À ceux et celles qui se demandent encore pourquoi je suis à l’âge de pierre avec mon rouleau de calque d’étude et mes crayons lorsqu’ils me croisent à la Dinette Café, mon repère pour me mettre en condition, ici tout est dit…

A lire aussi sur mon blog, un article qui date déjà de quelques années sur le sujet.

Pin It on Pinterest