Une architecte d'intérieur pour éviter les erreurs d’aménagement intérieur et le mauvais goût

Combien de fois n’êtes vous pas entrés dans un appartement, dans une maison ou même dans un bureau sans vous dire : « Aïe, j’ai mal aux yeux ! Ah le mauvais goût ! Ah l’erreur d’aménagement intérieur ! » Oui j’exagère et je force un peu le trait. Pourtant, parfois on se sent mal à l’aise juste en découvrant un intérieur. Nous sommes tous sensibles soit aux ondes, soit aux odeurs, soit au désordre, à la lumière, aux couleurs, au style et j’en passe… à ce qu’on appelle communément les erreurs d’aménagement intérieur. 

Pour ma part, je crois que ce n’est pas pour rien que j’ai choisi ce métier.

Une passion : visiter des intérieurs

Je l’avoue, j’adore visiter les intérieurs de mes futurs clients. Un intérieur en dit tellement long ! J’apprécie aussi par-dessus tout faire des visites en compagnie d’agents immobiliers. J’ai trouvé très rapidement mon premier studio. Une seule visite et je l’achetais, coup de coeur oblige. Mais le second, cela a été un peu plus compliqué… Des dizaines de visites plus tard, je me demandais si l’agent immobilier avait simplement juste écouté mes critères ? Finalement, cela m’a aussi permis de vraiment savourer lorsque j’ai trouvé mon antre… Et de constater qu’il y avait un réel potentiel dans mon activité d’architecte d’intérieur.

Une capacité à se projeter

Détrompez-vous. Ce n’est pas parce qu’on est du métier que l’on trouve plus vite son futur logement. La plus grande différence, c’est que l’on a une capacité à se projeter rapidement sur le potentiel d’un lieu, même si celui-ci est dévasté par le temps, par les intempéries, par l’inondation du voisin ou par un locataire peu scrupuleux… C’est à ce moment précis que tout mon « talent » peut s’exprimer et aider à faire prendre une décision sur le fait d’acheter ou non.

J’admets également que cela n’est pas évident pour une personne sans trop de connaissance sur la rénovation de pouvoir se projeter en compagnie d’un agent immobilier qui parfois, n’a aucun scrupule à diviser par deux ou trois le budget travaux. Bien sûr, ils ne sont pas tous comme cela, mais je me dis régulièrement qu’un partenariat agent immobilier – architecte d’intérieur (ou architecte) ne serait pas un luxe, ni pour l’agent immobilier, ni pour le client (surtout pour le client !).

Erreur d’aménagement intérieur ou histoire de goût ?

Et bien oui en soit le mauvais goût ce n’est qu’une histoire de déco… On parle rarement d’erreur d’aménagement intérieur et d’ailleurs, il n’est pas toujours besoin de casser des murs, des cloisons et d’entamer des travaux immenses pour trouver un lieu qui nous correspond. Le mauvais goût, où est-il ? Chez mon voisin de gauche avec son cabinet de curiosités, chez ma voisine du dessus avec ses rideaux rococo ou… chez moi ? Le mauvais goût, rien de plus subjectif en toute sincérité.

Tout est donc une question de personnalité.

 Inutile de vous dire que parfois, en tant qu’architecte d’intérieur, on a peur de retourner sur les projets que l’on a réalisés il y a plusieurs mois ou années et de découvrir ce qui a été depuis accroché au mur, et les différents ajouts des clients. Mais c’est ce qui rend les intérieurs vivants ! A chacun de s’approprier son espace. Car on ne crée pas un intérieur pour qu’il ressemble à ceux des magazines, ou à un show-room. Votre intérieur vous appartient, alors ne nous laissons pas submerger par la décoration d’avant, au contraire et en attestent les témoignages des clients que j’accompagne.

 

Ce qui n’empêche pas de visiter de beaux intérieurs, alors n’hésitez pas à visiter la partie projets d’aménagement intérieurs de mon site. Et pour suivre mon actualité, mon quotidien et mon métier d’architecte d’intérieur (et aussi mes moments off !), rendez-vous sur mes réseaux sociaux : FacebookInstagramLinkedIn et Pinterest.